Edito | Lettre du Président

 

Le sel de la mère

 

Winnicott, dans une lettre à son collègue H. Rosenfeld, évoque ces patients qui, de façon transitoire au cours de leur analyse, sont très malades et « ne supportent pas le fossé entre l’intensité de ce qu’ils vivent et l’interprétation analytique ». L’analyste se montre alors raisonnable lorsqu’il fait savoir au patient qu’il accepte ses projections, mais Winnicott considère que ce n’est pas assez profond. Il associe alors sur une patiente adolescente qui connaît des périodes de ce type pendant une vingtaine de minutes pendant la séance ; avec elle, plus il se montre raisonnable, plus il devient un persécuteur. Heureusement que, conclut-il, la patiente se rétablit avant la fin de la séance. Etre (trop) raisonnable avec une adolescente en souffrance la rend folle, comme persécutée par son analyste en position d’une mère folle dans le transfert.

On se souvient aussi du récit clinique où il entendit une femme dans le discours de son patient ; la clinique est traversée par ces moments intenses, inouïs, qui dépassent l’entendement usuel mais qu’on peut utiliser dans la dynamique du transfert. La clinique, cette fée qui nous convainc de l’intérêt de ce nous faisons, non pas dans le sens d’une croyance au sens religieux, mais plutôt pour l’expérience émotionnelle qui ouvre sur une conviction, celle d’un aller et retour indissociable entre théorie psychanalytique et clinique du sujet vivant.

 

C’est à cette expérience potentielle que je vous invite lorsque, en novembre prochain, nous fêterons les 20 ans du CILA.  Venez et faites venir, cela pourrait bien être joyeux !

 

Bon été à tous,

Florian Houssier, Président du CILA

 

***

Psychothérapies à l’adolescence 

Appel à poster :
Institutions, doctorants, à vos plumes !

Les posters doivent s’inscrire dans l’un de ses 4 thèmes :
« L’adolescent dans l’histoire de la psychanalyse »
« Cultures et politiques »
« Prises en charge institutionnelles et familiales »
« La psychothérapie psychanalytique de l’adolescent »

Les résumés seront présentés sous forme d’un document Word comprenant
• Le titre
• Les noms de l’auteur ; l’institution d’appartenance.
• Le texte du résumé dactylographié : nombre de mots maximum = 400 (une trentaine de lignes)

Les résumés seront à adresser par mail aux personnes suivantes, en copie, sous forme d’un fichier joint à : houssier.florian@gmail.com, tsvrebelo@gmail.com, marion.haza@gmail.com
Date limite de soumission : 02 NOVEMBRE 2017

Les posters seront affichés pendant toute la durée du colloque.

CILA 20 ans ok

Argument :

Longtemps considéré comme un sujet aux limites de l’analysable, l’adolescent, par la spécificité de son fonctionnement psychique, a provoqué une évolution sensible des  pratiques de soin ; les premiers psychanalystes d’adolescents se sont ainsi heurtés au modèle de la cure avant d’ajuster le cadre en privilégiant le face à face psychothérapique. Dans le champ des psychothérapies, ce n’est plus tant la qualité de l’interprétation de contenus qui compte que la mise en place d’un cadre souple et étayant, en passant par la co-création d’une dynamique transférentielle positive ; celle-ci implique un  déplacement de priorité, du modèle de la cure vers une rencontre intersubjective incluant souvent un style vivant et dialogique.

Depuis Freud et la prise en charge d’adolescents souvent entendus comme des patients névrosés, l’écoute et la compréhension de l’adolescent se sont développées. La diversité des pratiques cliniques implique désormais une créativité à laquelle répond en écho à la polysémie des problématiques adolescentes. La variété des dispositifs cliniques, psychothérapie, thérapie bifocale ou familiale, psychodrame, médiation, approche psycho-pédagogique, institutionnelle, psycho-sociale et autres sont venues confirmer la place singulière de l’adolescence dans le paysage du soin comme de la conception de la vie psychique de l’adolescent. Dans la continuité de cette évolution, on ne peut guère envisager actuellement une psychothérapie d’adolescent sans penser ou prendre en compte ses liens intersubjectifs incluant son environnement, ses parents, sa famille et la société qui l’entoure.

Ces perspectives s’inscrivent dans la possibilité de penser l’adolescence comme un processus central de la construction du sujet, non pas au même titre que l’infantile, mais de façon comparable quant à l’importance des remaniements mobilisés. Ainsi, au moment où le Collège International de l’Adolescence (CILA) atteint ses vingt ans d’existence, nous est rappelé le caractère paradigmatique des mutations adolescentes : tout au long de la vie, il nous indispensable d’élaborer, sur le coup et dans l’après-coup, les effluves traumatiques ou encore les lueurs d’un passage.

Pour nous aider à penser les soins prodigués aux adolescents au-delà de nos frontières, nous ferons appel aux correspondants étrangers du CILA qui apporteront la dimension culturelle indispensable à l’ouverture du champ de réflexion sur l’adolescence, venant confirmer si besoin était qu’un adolescent sans son environnement, cela n’existe pas.

Programme : Colloque 20 ans plaquette

***

Extrait du colloque Lyon , l’adolescent et la tentation suicidaire, 2017

***

Actualités :  Soirée du CILA 17/5 : la vidéo sur la chaîne YOUTUBE du CILA !